lundi 19 décembre 2016

Surely you're joking, Mr. Feynman



Californie - Joshua Tree National Park : les filles jouent un rôle important dans la vie de Feynman

Surely you're joking, Mr. Feynman, c'est un livre qui évoque divers aspects de la vie du physicien américain - qui a participé à la conception et la fabrication de la bombe atomique avec Oppenheimer et d'autres (dont un de mes oncles, par parenthèse).

Il s'agit de souvenirs qu'il a raconté à un nommé Leighton, et qui ont été "édités" (sens exact : mis en forme, rédigés ?) par un inconnu, Hutchings. Il semble que Leighton ait été un ami de Feynman, homme de médias de profession. Il aurait interviewé et enregistré Feynman, et le livre serait tiré de ces enregistrements. Quant à Hutchings, impossible de retrouver sa trace, il a trop d'homonymes. J'ai donc préféré lire le livre en anglais - il y avait déjà eu bien assez d'intermédiaires comme ça, sans ajouter un traducteur.

C'est agréable de se trouver associé à la vie du grand homme, d'avoir des détails sur sa participation à la bombe, ses expériences dans les diverses universités qu'il a traversées comme élève et comme professeur, sa manière de penser. Agréable et intéressant. Pas de quoi emporter le livre sur l'île déserte. Mais encourageant à faire de la physique, encore de la physique, toujours de la physique.

Oui, c'est sans doute ça le plus important : la manière de dédramatiser tous les traumatismes que nous avons pu recevoir à l'école et à l'université, du fait de programmes qui ne laissent pas l'élève s'imprégner du problème, mais visent à lui donner les connaissances minimales pour qu'il puisse passer à l'étape suivante. Le cours de l'année prochaine. L'examen. L'université. Sans jamais prendre le plaisir de comprendre tout, à fond, avec les implications et les questions qui se posent tout au bout. Car toi - oui, toi qui me lis en ce moment - tu te l'es posée, la question d'Einstein quand on t'a appris que les corps s'attiraient en fonction de leur masse. Si, je sais, tu t'es demandé comment il était possible d'exercer une force dans le vide, comment on pouvait agir à distance. Ça t'a semblé magique, bizarre... Mais le prof a terminé son cours en disant que Newton était un génie, et il n'avait pas tort. Alors tu t'es dit que oui, sans doute, ta question était stupide. Et c'est là où tu te trompais.

Vraiment dommage.

Au début de l'année où on a commencé à t'enseigner la physique, est-ce que tu n'avais pas la curiosité de voir "comment ça marchait" ? Tout comme tu aurais été intéressé de connaître les trucs utilisés par le magicien du spectacle que tu avais vu le samedi après-midi ? Tout comme tu avais demandé à ton père ou ta mère ce qu'est un nuage, pourquoi il y a des marées, des éclairs et du tonnerre quand il y a un orage ?

Et à la fin de cette première année, tu étais content ? Tu avais tes réponses ?

Et maintenant, tu pourrais facilement calculer l'effort que tu as fait pour monter les vingt-cinq marches d'un chemin de pierres avec ta fille dans ses bras et ton sac photos sur le dos ? Tu as une idée précise de ce qu'est un champ ? Tu as parfaitement compris le "truc" du pendule, dont la période reste identique quelque soit le mouvement du balancier ? Tu peux expliquer facilement pourquoi les électrons - négatifs - ne tombent pas sur le noyau - positif, puisque le plus et le moins s'attirent ? Tu peux calculer quelle force exerce sur moi le paquebot géant dont j'ai vu le lancement à Saint-Nazaire, du fait de sa masse ? Pourtant, ce n'est pas difficile, je sais que tu pourrais le faire. Si on t'avait bien appris la physique.

Oui, je sais bien, on peut vivre sans. Et très bien, même. On peut aussi vivre heureux en pensant que la terre est plate et que le soleil tourne autour. Mais est-ce que ce n'est pas - allez ! au moins un tout petit peu - mieux de savoir que de ne pas savoir ?

Je connais tellement de gens qui me disent qu'ils sont allés en Birmanie, en Mongolie,  en Moldo-Valaquie... Ils sont fiers - à juste titre - de leur curiosité. Ils sont fiers de ne pas avoir les deux pieds dans le même sabot. Et ils n'auraient pas la curiosité de savoir ce qu'est réellement la table sur laquelle ils s'appuient ? Et la force qui rend si lourd leur sac à dos ? Pourquoi ? Je n'y crois pas. Il faut qu'on les en ait dissuadés.

Le livre de Feynman n'évoque aucun des problèmes que j'ai cité, il n'y a pas la moindre formule ni la moindre explication. Il y a juste une atmosphère. Se poser des questions. Réfléchir. Comprendre. Sans se prendre la tête : juste comme un enfant qui regarde la lune.

Nevada : on y a testé la bombe.