vendredi 11 août 2017

La comète qui avait de la barbe (A la rencontre des comètes, Lequeux et Encrenaz)





- Tu sais que l'eau des océans, elle ne vient pas de chez nous. C'est une immigrée. Je ne pense pas qu'elle ait pris un bateau pour venir. Quoique, dans un sens… En tout cas, elle s'est installée, et plus question de repartir. Elle est d'ailleurs parfaitement intégrée, à ce qu'il paraît...

Autrefois, quand la terre s'est constituée, elle contenait un peu d'eau. Un peu seulement. Et aujourd'hui, elle en est couverte. Il a bien fallu que quelqu'un l'asperge. Mais on ne sait toujours pas qui est le coupable. La seule chose dont on est certain, c'est qu'au départ, les océans n'étaient pas là. C'est clair, on s'est fait inonder. Et là, sûr, ce n'est pas le voisin du dessus.

L'hypothèse de comètes-arroseuses est à la mode. Mais pour l'instant, on n'a que des suspects. En effet, on peut caractériser notre eau à l'aide du rapport hydrogène / deutérium (un isotope de l'hydrogène), mais on n'arrive pas à trouver qui dans l'espace a exactement ce même rapport H/D - ce qui nous permettrait d'identifier le coupable avec certitude.

L'origine de l'eau sur terre est un des nombreux problèmes auquel l'étude des comètes peut apporter des réponses. On se demande aussi si la vie sur terre ne s'est pas créée à partir de briquettes chimiques apportées par les comètes. Du matos d'importation... On serait vraiment des métèques, alors !

Mais au fait, tu sais d'où sortent les comètes ? Il semble qu'il y ait deux garages à comètes aux confins de notre système solaire, la première à gauche après Neptune. Elles viennent frimer autour du soleil, elles virent un genou à terre en faisant des étincelles et elles se cassent. Parfois pour toujours. C'est follement romantique.

Tiens, une autre question : les comètes, elles gardent leurs cheveux toute la vie ?  Pas vraiment. D'abord, périodiquement - quand elles s'éloignent du soleil - elles perdent leurs cheveux. Mais ça repousse quand elles reviennent près de lui. A la longue, les comètes font comme moi : plus elles vieillissent, moins elles ont de cheveux.

Tout cela est drôle et instructif. Je l'ai lu dans un sympathique petit livre, A la rencontre des comètes, signé Lequeux et Encrenaz. Je ne dirai pas que ce sont les meilleurs vulgarisateurs du monde, mais leur prose est très facile à lire. La seule chose qu'il est mieux de connaître - et encore - c'est l'effet Doppler-Fizeau et le principe du spectromètre. Il suffit d'aller sur Wiki si on n'est pas trop sûr.

A priori, les comètes, ce n'est pas mon truc, mais je ne me suis pas du tout ennuyé, pas eu le temps. Et puis le bouquin est rempli de belles et nombreuses illustrations.

Il est paru en 2015 - et il a donc pu décrire l'atterrissage de Philae sur une petite comète de rien qui se baladait à cinq cent millions de kilomètres de l'endroit où il a été construit par nos petites mains - notamment en France. Atterrir à cinq cent millions de kilomètres de la maison ! Tu te rends compte ! En fait, c'est vachement émouvant…