vendredi 11 août 2017

Narcos : le contrepoint de Breaking Bad


Le comédien à l'air triste qui joue Pablo Escobar...
Il est troublant que les deux séries américaines que je place au panthéon soient deux histoires de trafic de drogue. Qui se complètent parfaitement.

Je viens de terminer Narcos. L'histoire de Pablo Escobar et des cartels de Medellin. Les mots me manquent. Tout y est excellent, jusqu'à la musique lancinante de l'intro. Les constructions, les personnages, les histoires, la façon dont la vérité est romancée, la manière de filmer (et de mélanger des documents d'époque avec les séquences de la série), la morale (très discrète), l'humanité qui apparaît (parfois), l'hispanité… non, il faut que j'arrête les compliments.

Et peu importe que l'histoire que raconte la série ne soit pas l'Histoire vraie, comme l'assure le fils du trafiquant. L'essentiel est le plaisir du spectateur.

Et puis quand même, une critique. Le personnage (central) de Pablo Escobar est joué par un acteur qui arbore en permanence une expression de tristesse que ne semble pas avoir le vrai Escobar - si j'en crois les photos sur internet. Il semble porter un "douloureux secret", une lassitude confinant au taedium vitae. C'est un choix de la production, de toute évidence, pour donner de l'humanité au personnage sanguinaire. Je pense néanmoins qu'un comédien aux traits plus cyniques aurait tout aussi bien fait l'affaire.

Reste que Narcos est une série exceptionnelle. Oui, une série d'action, de suspens où on entend beaucoup de coups de feu et où on voit beaucoup de sang et de morts. On peut ne pas aimer. Mais si on aime ce genre, il n'y a pas mieux. La production s'offre même le luxe de ralentir le rythme sur les deux derniers épisodes… juste pour faire durer le plaisir, retarder la fin. Quelle maestria !
Le vrai... qui me semble nettement plus sinistre !